membre bienbaiteur, association culturelle, mécénat
nos projets, association culturelle

Beihdja Rahal-Musique-Musiques du Monde-Algérie

Beihdja Rahal / Musiques du Monde/Algerie

Genre : Musique arabo-andalouse

Lieu : Alger/Paris


PRESSE | DISCOGRAPHIE

Beihdja Rahal, née en 1962 à Alger, est inscrite, en même temps que ses frères et sœurs au conservatoire en 1974. Ses premiers maîtres sont Mohamed Khaznadji et Zoubir Kakachi. Elle mène de front des études couronnées par l'obtention en 1989, d'une licence de biologie.

En 1982, elle rejoint la fameuse association El Fakhardjia et effectue ses premiers pas sur scène en tant que soliste à l’opéra d'Alger où elle se distingue par l'interprétation d'une longue pièce dans une nouba hsine. En 1983, elle interprète une nouba complète dans le mode Rasd eddil, lors d'un concert donné à Alger.

Installée en France depuis 1992, elle enregistre un premier album dans la Nouba Zidân en 1995. À partir de l'an 2000, c'est avec Bouabdellah Zerrouki qu'elle entame une longue série d'enregistrements. Le 20e Album Nouba Dil est paru en Février 2011, le 21è paraitra en février 2012.

Sa rencontre avec Saadane Benbabaali, spécialiste de littérature andalouse, va être le point de départ d'une collaboration fructueuse. Il réalisera avec elle la traduction des poèmes chantés dans les dix derniers albums et ils publieront un premier ouvrage sur l'art musical andalou, La plume, la voix et le plectre, aux éditions Barzakh, en 2008.

Après le succès du premier ouvrage, un deuxième va suivre, La joie des âmes dans la splendeur des paradis andalous, aux éditions Anep en 2010.

Forte d'un enseignement théorique poussé et douée d'un talent exceptionnel, Beihdja Rahal rayonne dans l'interprétation du mode andalou, ce style musical classique qui ne vaut précisément que par l'authenticité et la pureté de son jeu. L'andalou se joue forcément avec des instruments traditionnels tels que la derbouka, le luth, le violon, la kouitra (instrument typiquement algérien), et son exécution impose le respect total de ses règles, de son harmonie, de ses rythmes et de sa ligne mélodique. Son interprétation exige de la chaleur, de l'âme et du sentiment. Celle qu'en propose Beihdja Rahal dégage une atmosphère émotionnelle qui a comblé le public à chacune de ses apparitions en Europe et dans le monde.

Beihdja n'entend pas s'arrêter en si bon chemin, comme en témoigne ce 21ème album, mettant en relief la nouba hsine. L'andalou est ici porté à son firmament par la voix cristalline et l'orchestre enchanteur de la première dame ayant enregistré les douze modes de la musique classique arabo-andalouse, une première dans l'histoire de cet art, jusque-là chasse gardée des hommes.

Beihdja Rahal, née en 1962 à Alger, est inscrite, en même temps que ses frères et sœurs au conservatoire en 1974. Ses premiers maîtres sont Mohamed Khaznadji et Zoubir Kakachi. Elle mène de front des études couronnées par l'obtention en 1989, d'une licence de biologie.

En 1982, elle rejoint la fameuse association El Fakhardjia et effectue ses premiers pas sur scène en tant que soliste à l’opéra d'Alger où elle se distingue par l'interprétation d'une longue pièce dans une nouba hsine. En 1983, elle interprète une nouba complète dans le mode Rasd eddil, lors d'un concert donné à Alger.

Installée en France depuis 1992, elle enregistre un premier album dans la Nouba Zidân en 1995. À partir de l'an 2000, c'est avec Bouabdellah Zerrouki qu'elle entame une longue série d'enregistrements. Le 20e Album Nouba Dil est paru en Février 2011, le 21è paraitra en février 2012.

Sa rencontre avec Saadane Benbabaali, spécialiste de littérature andalouse, va être le point de départ d'une collaboration fructueuse. Il réalisera avec elle la traduction des poèmes chantés dans les dix derniers albums et ils publieront un premier ouvrage sur l'art musical andalou, La plume, la voix et le plectre, aux éditions Barzakh, en 2008.

Après le succès du premier ouvrage, un deuxième va suivre, La joie des âmes dans la splendeur des paradis andalous, aux éditions Anep en 2010.

Forte d'un enseignement théorique poussé et douée d'un talent exceptionnel, Beihdja Rahal rayonne dans l'interprétation du mode andalou, ce style musical classique qui ne vaut précisément que par l'authenticité et la pureté de son jeu. L'andalou se joue forcément avec des instruments traditionnels tels que la derbouka, le luth, le violon, la kouitra (instrument typiquement algérien), et son exécution impose le respect total de ses règles, de son harmonie, de ses rythmes et de sa ligne mélodique. Son interprétation exige de la chaleur, de l'âme et du sentiment. Celle qu'en propose Beihdja Rahal dégage une atmosphère émotionnelle qui a comblé le public à chacune de ses apparitions en Europe et dans le monde.

Beihdja n'entend pas s'arrêter en si bon chemin, comme en témoigne ce 21ème album, mettant en relief la nouba hsine. L'andalou est ici porté à son firmament par la voix cristalline et l'orchestre enchanteur de la première dame ayant enregistré les douze modes de la musique classique arabo-andalouse, une première dans l'histoire de cet art, jusque-là chasse gardée des hommes.

Vidéos




Beihdja Rahal
Concert à Tenes

Beihdja Rahal
Isthkhbar 3oud

Beihdja Rahal
Concert à Tenes

Beihdja Rahal-Musique-Musiques du Monde-Algérie